Séjour Linguistique = investissement employabilité

De nombreuses personnes souhaitent  partir à l’étranger pour booster leur carrière. Plusieurs profils se distinguent qui impliquent des modalités de formations différentes dont voici quelques exemples :

Les jeunes adultes avec peu d’expérience professionnelle et un niveau d’anglais « scolaire »

Pour ce type de public, l’idéal est de partir plusieurs semaines, quelques mois, voire de faire un « gap year ». Ils apprendront alors la langue dans son contexte réel, débloqueront la pratique de l’oral et découvriront d’autres cultures, d’autres modes de fonctionnement. Idéalement, ils auront également une expérience de travail sur place : job étudiant ou stage en entreprise. Ces initiatives sont vivement appréciées par les recruteurs, car la valeur ajoutée sur le CV d’un jeune qui débute sur le marché du travail est considérable, notamment, pour les secteurs visant les marchés internationaux sans parler de l’enrichissement personnel qui est sans commune mesure.

Un séjour à l’étranger longue durée est un investissement conséquent, cela demande du temps et un financement anticipé, mais restera une expérience inoubliable.

Pour partir, il faut bien choisir le pays en fonction des visas qui sont plus ou moins compliqués à obtenir, surtout pour les personnes qui souhaitent travailler. Il faut également s’assurer que la destination apportera le juste équilibre, propre à chacun, entre authenticité et ouverture sur le monde.

Les personnes en recherche d’emploi

Qu’il s’agisse d’une remise à l’eau, d’une opération de déblocage ou d’une totale ré-appropriation de la langue, partir en immersion permet d’apprendre plus vite, plus fort et à moindre coût. L’expérience à l’étranger donne des ailes pour la recherche d’emploi, agissant comme un réel « stimulant ». La rencontre avec d’autres cultures, d’autres apprenants venant du monde entier leur ouvre l’esprit et leur permet de développer leur réseau.

Les participants qui reviennent nous mentionnent tous le fait qu’ils se sentent plus à l’aise lors de leurs entretiens d’embauche. Ils abordent la question de la langue avec plus d’assurance et peuvent parler d’expériences personnelles récentes riches qui démontrent leur dynamisme. Il ne s’agit pas simplement d’améliorer son niveau linguistique, c’est toute la confiance personnelle qui est boostée.

Certaines formations peuvent être prises en charge par le Pôle Emploi, par l’AIF, dans le cadre du DIF portable ou du CIF. Pour cela, il faut bien-sûr être éligible, mais également s’armer de courage et se faire conseiller par un organisme de formation compétent.

Par ailleurs, avec l’accès à internet dans toutes les écoles, les participants peuvent continuer à postuler pendant leur formation.

Les employés qui souhaitent évoluer vers des fonctions internationales ou en finir avec leurs complexes « à la française »

Ces formations sont plutôt pensées pour les professionnels qui sont déjà en poste et qui souhaitent progresser en anglais pour gagner en performance ou pour évoluer – en interne ou non – vers d’autres missions. Dans ce cas, les participants se tournent vers des cours sur objectifs spécifiques, en individuel ou en mini-groupe, qui durent peu de temps, mais qui étonnent toujours par leur efficacité. Ces cours sont en général pris en charge par les sociétés, dans le cadre de plan de formation ou par le DIF. Ici aussi, la plus value pour les sociétés est très importante. En une semaine, les professionnels apprennent autant que pendant 6 mois en France avec des cours extensifs entre Français. 

Bien-sûr une semaine ne permet pas de monter du niveau débutant au niveau confirmé… Le travail se fait avant tout sur une prise de parole ciblée et l’aisance en toute circonstance. Ce qui change, c’est que les professionnels se confrontent à leurs homologues du monde entier. Ils gagnent en confiance et acquièrent les automatismes qui leur manquent. 

De plus, les écoles de langue à l’étranger sont équipées pour permettre aux professionnels de rester connectés avec leurs entreprises pour  les dossiers urgents et permettent aux participants d’enrichir leur Networking. Ces séjours sont souvent de courte durée et se font à courte distance pour une optimisation de temps, des coûts et des transports. 

En conclusion, il est indispensable de bien choisir son immersion en fonction de vos disponibilités et de vos objectifs à court et à long terme en gardant à l’esprit que la composante linguistique est tout aussi importante que les facteurs culturels, sociaux et personnels : le retour sur investissement sera toujours un succès !

A savoir, que les organismes de formation linguistique labellisés UNOSEL conseillent avec loyauté chacun de leurs clients afin de l’orienter vers le séjour linguistique le mieux adapté à son profil et à ses besoins, ils disposent d’une réelle expertise pédagogique – c’est la partie intégrante de leur engagement professionnel.