Réussir son immersion en famille, quelques pistes !

Dans un séjour linguistique, une grande part de réussite est due à la facilité d’adaptation, au respect de l’autre, à quelques marques de politesse et de savoir-vivre.

Un jeune qui proposera à la famille qui va l’héberger de sortir la poubelle, qui va essuyer la vaisselle, qui laissera une salle de bain impeccable après son passage… aura un avantage certain sur un autre « invité ». Présenter à son fils ou à sa fille le séjour dans une famille comme un important investissement financier sera traduit par votre ado par « je suis à l’hôtel ! » L’étude qui suit montre malheureusement que le comportement des français « adultes» à l’hôtel et à l’étranger, laisse souvent à désirer…

Un questionnaire de 10 questions a été soumis à 45 000 hôteliers et restaurateurs en Amérique, en Europe et en Afrique. Langues étrangères, générosité, politesse, propreté… A partir de dix critères présentés dans ce dossier et notés sur 10, Expedia-TNS a pu établir en juillet 2009 le classement des meilleurs
(et donc des pires) touristes. Chacune des 31 nationalités notées a reçu une note sur 100, donnant une idée de la perception qu’en ont les professionnels du tourisme à l’étranger.

Les Japonais meilleurs touristes, les Français presque les pires !

Au sommet du classement, arrivent pour la 3e année consécutive les Japonais. Discrétion, courtoisie, diplomatie… Les Anglais et les Canadiens composent avec eux le Top 3. Les premiers remontent même dans le classement des touristes les plus généreux passant de la 30ème place à la 2ème entre 2008 et 2009. Quant aux seconds, ils prennent la place des Allemands, relégués au troisième rang (-1), et sont félicités par les hôteliers pour leur politesse, leur hygiène et leur calme.

En bas du tableau, les Français font à l’inverse parti du top 3 des « pires touristes ».

Les Français s’affichent toujours comme les pires touristes au monde, ils cumulent les tares en étant les plus réfractaires aux langues étrangères, les plus râleurs et pingres, mais aussi les plus impolis.
Les professionnels interrogés dans le cadre de l’étude soulèvent les difficultés pour les touristes français à s’exprimer en anglais et leur habitude à insérer ici et là des mots en français dans l’espoir de se faire comprendre. Sans doute persuadés de la valeur de la langue de Molière, nous ne ferions que peu d’efforts pour parler la langue du pays que nous visitons pendant les vacances. A la question « Quels touristes essayent de parler ou d’apprendre la langue locale ? », la dernière nationalité citée par les hôteliers dans le monde est la nationalité française.

Ils déplorent aussi leur propension à se plaindre à tout bout de champ. Enfin, il semblerait que « la courtoisie à la française » ait vécu et que dorénavant les Français n’aient plus aucun savoir-vivre, toujours selon les hôteliers interrogés.

Le manque de politesse va généralement avec le manque de respect. Logique, donc, que les touristes français, avant-derniers en terme de politesse, soient encore une fois parmi les moins bien classés au monde. Comportement général, respect des traditions et des coutumes locales, attention aux règles de bienséance : les Français se classent troisièmes chez les touristes les moins respectueux.

Le français à la loupe

Parce que le cas français vu par les hôteliers du monde entier regorge de surprises en tous genres, il était intéressant de réaliser un petit focus sur notre comportement de voyageur. Les Français sont donc :

N°1 des réfractaires aux langues étrangères : le Français en voyage reste persuadé que la langue de Molière est universelle et que c’est au pays d’accueil de s’adapter. Un péché d’orgueil qu’il serait grand temps de corriger si l’on veut continuer à entretenir des relations cordiales avec nos camarades européens. Avec 21% des votes, nous caracolons en tête de liste.

N°2 des voyageurs les plus impolis avec 11 % des votes : fini le temps de la courtoisie à la française ou de la galanterie de nos hommes, le français manque sérieusement de politesse et sait faire preuve d’une absence de savoir-vivre dans certaines circonstances… Certes, nous gagnons une place de plus par rapport à l’année dernière et cédons ainsi la palme de l‘impolitesse à nos amis Américains.

N°3 des touristes qui se tiennent le plus mal à l’étranger : notre comportement général est mal perçu par les hôteliers étrangers qui remettent en question nos règles de bienséance.

N°4 des voyageurs les plus ouverts aux spécialités culinaires locales avec 12 % des votes derrière les Américains et les Britanniques.

N°5 des touristes les moins populaires dans leur pays d’origine… Ne pourrions-nous pas être plus souples, plus conciliants, plus plaisants avec les hôteliers de l’hexagone? Allons, faisons un petit effort pour reconquérir le coeur de nos hôtes !

6 des « jamais contents ». Il est en effet grand temps de cesser de se plaindre. Les hôteliers européens ne souffrent plus nos gémissements intempestifs. Montrons que nous sommes un peuple chaleureux, agréable et que notre nature festive et conviviale s’exporte audelà de nos frontières. Avec 12% des votes, nous occupons la 3ème place du Top 5 des voyageurs les plus râleurs derrière les Américains et les Allemands.

Alors avant d’envoyer nos jeunes dans une famille étrangère quelques rappels s’imposent !

Source : Expedia – TNS.


Brexit, partir en voyage scolaire ou séjour linguistique en 2019 - 11/02/2019

L’annonce du Brexit a fait couler beaucoup d’encre. En effet, les informations contradictoires se sont succédé et à quelques semaines de la date fatidique, les termes de la négociation semblent toujours floues. Quoi qu’il en soit il n’y a pas lieu de s’affoler, et ce contexte politique inédit ne doit pas vous empêcher de partir[…..]

Lire la suite >
L’Unosel renforce les exigences de son label - 08/02/2019

Communiqué de presse 07 février 2019 En 2019, les membres labellisés de l’UNOSEL revisitent leur charte. Simplifiée et plus lisible, cette nouvelle version a été de surcroît renforcée en termes d’engagements pris par les organismes. Marque de confiance, d’expertise et le signe tangible d’un haut niveau d’exigence, l’Unosel est indéniablement un gage de sérieux pour[…..]

Lire la suite >
Hors-série Vocable : le Label Unosel - 04/02/2019

En février 2019, le magazine Vocable publie un hors-série sur le label Unosel. L’occasion d’en savoir plus sur le processus d’audits des organismes labellisés, et de revenir sur les fondements de l’Unosel. Se former en langues, c’est possible à tout âge et il existe de multiples formules : Découverte de la langue en colonie de[…..]

Lire la suite >
Pourquoi les colonies de vacances participent-elles à la réussite de vos enfants? - 21/01/2019

Les colonies de vacances sont des moments privilégiés qui aident indéniablement les enfants et adolescents à se construire. Donner à ses enfants la possibilité de vivre cette expérience participe ainsi à leur épanouissement. En effet, les colonies de vacances s’inscrivent pleinement dans le parcours éducatif de chaque enfant.  Loin d’être exclusivement ludiques, les colonies de[…..]

Lire la suite >
Voir tous les articles

LE HORS-SERIE VOCABLE

4 pages sur le label Unosel


 

Enregistrer