Future étudiante en médecine et animatrice – découvrez l’histoire de Justine

Régulièrement à l’UNOSEL nous recevons des candidatures spontanées des jeunes à la recherche de poste d’animateur. Le message de Justine, 17,5 ans, a attiré notre attention. La jeune fille s’apprête à faire des études de médecine et en parallèle se forme pour être animatrice en centre de vacances. Elle nous a raconté pourquoi elle a choisi d’avoir cette double compétence.

Justine, présentez-vous, s’il vous plaît.

Actuellement étudiante en terminale S au lycée Notre Dame de Grâce à Maubeuge, je me prépare pour des études de médecine à compter de la rentrée de septembre 2017. Pour enrichir mon cursus et utiliser intelligemment mon temps libre pendant les vacances scolaires je souhaite obtenir mon BAFA, afin de travailler comme animatrice, notamment, en colonie de vacances.

man-1954300_960_720Pourquoi vous avez choisi de faire médecine?

Depuis toujours c’était une évidence pour moi. De plus, en seconde j’avais fait un stage de quatre semaines en pédiatrie dans un hôpital. J’ai alors observé le fonctionnement du service des soins intensifs, rencontré des enfants atteints de cancer et cela était comme une révélation pour moi. J’ai décidé de me spécialiser en onco-pédiatrie.

L’animation s’inscrit alors dans votre volonté de travailler avec les enfants?

C’est exactement cela. L’aspect humain est très important dans la profession de pédiatre. Moi-même, quand j’étais petite et qu’il m’est arrivé d’être hospitalisée, je vivais avec grande joie l’arrivée du clown qui passait dans les chambres des enfants. Je sais à quel point les enfants ont besoin d’une approche personnalisée, orientée vers eux et je pense que me former à l’animation me permettra d’être une meilleure pédiatre, plus humaine.

Acquérir une expérience professionnelle auprès des enfants et des adolescents est à mes yeux un atout majeur pour mon futur métier. Pratiquer l’animation durant les vacances scolaires en parallèle avec mes études de médecine ne pourra être que bénéfique pour cela.

Comment s’est forgé votre vision de l’animation?

J’ai toujours apprécié les animations avec les enfants lors de nombreux séjours en clubs que j’ai faits en été. Et l’été dernier j’ai beaucoup sympathisé avec l’équipe d’animation du club de vacances où on était, et j’ai pu m’appliquer avec eux aux activités auprès des enfants. J’ai adoré cette expérience.

Vous venez de passer la partie théorique de votre formation BAFA, quelles sont vos impressions?

Je suis très contente de ma formation. Nous avons eu beaucoup de chance avec les formateurs, qui ont été très professionnels, ont partagé beaucoup de choses tirées de leur propre expérience et surtout ils nous ont appris des jeux et activités originales à faire avec les enfants.

J’ai aussi appris de nouvelles informations sur la vie quotidienne en centre de vacances, les aspects réglementaires. En général, les formateurs ont été de très bons conseils.people-2127510_960_720

Maintenant vous avez besoin de valider votre stage pratique n’est-ce pas. Dans le monde idéal, il serait comment et où?

Je suis bilingue en espagnol, alors j’aimerais bien pouvoir le faire sur un séjour en Espagne. Mais j’accepterais volontiers un séjour en France également! Comme je suis encore jeune, je ne pense pas que j’encadrerais des adolescents, mais des enfants plus jeunes, des 6-12 ans, par exemple. Le plus important pour moi et de pouvoir faire ce stage en séjour éducatif, car j’ai vraiment envie de mettre en pratique mes nouvelles connaissances sur la vie quotidienne en centre de vacances.

Pensez-vous avoir des points forts avec votre candidature?

A vrai dire, je sais que mon projet d’animation est très pertinent. Notre responsable de formation me l’a affirmé! En effet, je souhaite apprendre aux jeunes la tolérance, l’ouverture au monde, leur montrer qu’on est tous pareils et tous égaux.

L’animation en centre de vacances apporte un atout considérable aux jeunes pour leur futur professionnel. Elle apprend notamment la prise de responsabilités, les relations hiérarchiques, la cohésion d’équipe pour atteindre les objectifs pédagogiques communs, la possibilité d’évolution de carrière (stagiaire -> animateur -> adjoint de direction -> directeur) et, bien sûr, l’animation et la gestion de groupe de jeunes, l’approche spécifique qu’il faut connaître pour communiquer avec les enfants, les manager et assurer leur bien-être. L’histoire de Justine en est un bel exemple qui démontre à quel point le métier d’animateur peut s’inscrire dans un projet professionnel. Nous sommes certains qu’elle deviendra une pédiatre hors pair adorée par les enfants !

UNOSEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *